Accueil > Outils et techniques > Internet - Html - CMS > Pourquoi un tel site ?

Pourquoi un tel site ?

jeudi 19 juillet 2007, par Stephane Cottin

édit du 19 juillet 2007 : 6e remise à jour de cet article,...

Ce site a été quasiment arrêté de novembre 2006 à juillet 2007 ; cela mérite une explication.

Je l’avais déjà évoqué rapidement à l’époque ici : Site en pause, avant fermeture quinquennale, et j’annonçais que je ne reprendrais pas l’activité normale de ce blog avant un certain temps, que je n’estimais pas encore à l’époque.

Entretemps, j’ai eu l’occasion de mettre quelques articles, mais à un rythme qui n’a rien à voir avec l’activité habituelle de ce site, ni avec l’actualité de la documentation juridique française qui a bien évidemment continué à évoluer.

Dans la vie "réelle", je m’occupe de l’organisation des élections au Conseil constitutionnel. Pourquoi un documentaliste de formation à ce poste ? Parce que les élections sont un gigantesque workflow documentaire, tant pour leur préparation (textes législatifs et réglementaires, circulaires d’organisation à prendre), que pour leur déroulement (édition, impression et routage des documents électoraux - procès verbaux, bulletins, professions de foi...) et surtout pour leur contentieux (transmission des requêtes, des mémoires, des décisions...). Donc, tous les cinq ans, je dois me consacrer aux deux types d’élections nationales essentielles en France, la présidentielle et les législatives. Je suis censé m’occuper aussi des sénatoriales et des référendums, mais cela me prend par construction moins de temps. En revanche, pour les deux premières, je suis sur la brèche plus de dix mois avant et largement plus de six mois après (entre la préparation et le contentieux) : en gros près d’un an et demi, de l’été de l’année n-1 au printemps de l’année n+1.

2007 correspond à ma troisième campagne complète. J’ai commencé en 93 avec les législatives, mais la première campagne complète a été 95/97 (ce n’était pas encore le quinquennat, les deux élections n’étaient pas couplées). Ce site est d’ailleurs né juste après la fin de la deuxième campagne, alors que je terminais le contentieux 2002 (hiver 2002/2003).

Je ne pense pas que je pourrais reprendre à 100 % avant la fin du contentieux 2007 (que j’estime pour l’hiver 2007/2008, et plutôt au début de la saison qu’à la fin, au vu des nouvelles méthodes de travail instaurées par le Conseil). En attendant, je vais me remettre à donner des informations, mais d’une façon légèrement différente. (voir article à suivre).

C’est quoi ce site ?

Servicedoc.info - Juriblog est un espace de travail pour son créateur, Stéphane Cottin, documentaliste juridique de formation, et soi-disant spécialiste de l’accès et de la diffusion du droit sur Internet. Ce site est avant tout un "bac à sable", comme le disent les amateurs de wikis : ce site renferme toute une série d’expériences web, des tests de nouveaux outils, essentiellement de gestion de contenu collaboratif (ou de gestion collaborative de contenu). Ce qu’on appelle dans le jargon un CMS (Content management system).

Pourquoi Servicedoc.info ? Pourquoi Juriblog ?

Ce n’est pas (tout à fait) un weblog (voir plus bas sur la distinction "spipienne" des articles et des brèves). Ce n’est pas qu’un CMS, il y a (ou il y a eu [1]) aussi un espace wiki, plusieurs tests d’outils de recherche, d’indexation automatique,... le tout dans le plus parfait désordre. Certaines expériences sont arrêtées, simplement suspendues, comme la gestion du bookmark, le traitement plus intelligent des mots-clefs, le projet de pages RSS (syndication de contenu) spécifiques par thème, la gestion des archives de la liste de diffusion...

Historique

Ce site Internet est né de plusieurs expérimentations menées dans le cadre de l’approfondissement des techniques professionnelles de mon métier de documentaliste juridique.

Il est le prolongement du site perso (offert à tout abonné wanadoo) http://perso.wanadoo.fr/stephane.cottin/ sur lequel j’avais pris l’habitude depuis 1995, de mettre mes supports de formations, mes articles et mon bookmark (liste de signets). En quelque sorte, je faisais, sans le savoir à l’époque, de l’archive ouverte et de l’auto-archivage [2]. Mais je trouvais que l’adresse en perso.wanadoo... et les limitations liées à son référencement, ne faisaient pas très sérieux, aussi me suis-je intéressé assez vite au dépôt des noms de domaines.

D’abord pour des raisons professionnelles (j’ai eu à en déposer plusieurs, et à en protéger d’autres, pour mes employeurs), puis tout à fait personnelles, j’ai utilisé plusieurs ’registrars’, dont www.altern.org , puis www.gandi.net, et enfin chez amen où j’ai déposé notamment servicedoc.info le 1er novembre 2001.

Le nom de domaine servicedoc.info a été rerouté vers une page du site perso où je tentais, sans savoir à l’époque que le produit existait, de réaliser un carnet de bord que j’avais pompeusement nommé "encyclopédie". J’utilisais essentiellement Microsoft Access et j’avais réalisé une petite base de données qui me recomposait des pages web statiques (un peu comme je le faisait pour le bookmark que je gérais à l’époque).

Mais je me suis rendu compte que les CMS (content management systems) existaient et que ce n’était pas si difficile que cela de s’y mettre. Sans encore avoir découvert le phénomène weblog (alors qu’il me crevait les yeux déjà à l’époque dans la communauté des documentalistes US), j’ai étudié de plus près les outils de travail collaboratif, comme zope ou surtout spip.

Pour bien faire, il fallait s’assurer de l’autonomie technique du site et donc se sortir de l’hébergement gratuit. Pour l’hébergement du site, j’ai pris un pack web pro chez amen, le 11 novembre 2002. J’avais repéré des offres alléchantes ailleurs mais je souhaitais une grande liberté, tant pis pour le coût (pas trop élevé d’ailleurs).

Combien ça coûte ?

Tout est clair et transparent dans les coûts d’une telle opération :
- ce qui coûte :

  • l’acquisition du nom de domaine, auprès de gandi par exemple, revient à 12 € HT par an, soit 14,35 € TTC.
  • l’hébergement, plusieurs choix ont été testés. Jusqu’en mars 2005, c’était un pack web pro de chez amen, à 200 Mo, soit 126.00 € HT - 150.70 € TTC par an. C’était un peu ridicule, car, pour quelques euros de plus, je pouvais avoir, toujours chez Amen, un serveur privé, sur lequel j’ai plus de liberté pour installer des logiciels. C’est donc le cas depuis 2005 où j’ai un serveur dédié baby, l’entrée de gamme, à 39 € HT par mois, mais avec 80 Go de disque dur, une IP fixe, et un nombre illimité de bases de données et de sites à gérer si je veux. J’en gère d’ailleurs une douzaine, prêtant de l’espace à des collègues ou pour des colloques ponctuels (comme http://www.frlii.org). On peut trouver bien moins cher, voire quasiment gratuit, mais soit c’est pourri de publicités, soit c’est d’une extrême lenteur ou avec des contraintes techniques affligeantes. Je préfère payer pour cette liberté.

2007 : Suite à de nombreux dysfonctionnements dus au manque de temps pour les gérer et surtout à mon inexpérience crasse dans la gestion de serveur sous Fedora, j’ai décidé de repasser au pack pro. Je n’ai plus d’ip fixe personnalisée, mais, au moins, quand le serveur tombe, c’est géré en h24 par quelqu’un de compétent.

Eventuellement, et seulement si vous en avez envie et que vous trouvez ce site utile, vous pouvez participer financièrement à l’hébergement de ce site :

(Paiement via Paypal, solution sécurisée, nécessitant une inscription préalable au service : voir le mode d’emploi (en anglais) disponible sur le site Paypal)

  • les logiciels utilisés : tous font partie du monde du libre, et sont donc utilisés sans frais. J’ai dû un moment utiliser CuteFtpPro (en shareware à 50 $ le baril environ), mais je l’ai avantageusement remplacer par Filezilla récemment. Le reste est du pur libre : OpenOffice, Spip,...
  • le temps passé : je ne le compte pas.

- ce que cela rapporte :

  • Les plus perspicaces d’entre vous auront noté qu’il y a un bandeau publicitaire depuis la mi-novembre 2004 sur ce site. J’en parle plus avant dans cet article : les estimations sur les premières semaines d’utilisation laissent présager que les coûts financiers engagés pour l’hébergement seront largement couverts, mais je n’ai pas le droit d’en dire plus, car on est contractuellement tenu par Google à un silence absolu sur les recettes : il faudra bien que je les déclare fiscalement en BNC l’année prochaine... (ajout 2006 : la procédure pour déclarer ces revenus est une vraie galère, surtout si on veux les déclarer en BNC ; c’est une très mauvaise idée si les revenus ainsi dégagés ne dépassent pas 4336 € par an, car, pour les déclarer ainsi, il faut s’enregistrer à la chambre de commerce http://www.droitdunet.fr/par_profil... ; j’ai essayé de poser la question à mon centre des impôts, il n’a pas su me répondre, j’ai donc intégré le revenu dans la somme globale en expliquant en annexe d’où il venait ; je vous dirait si je suis redressé)
  • des expériences enrichissantes : toutes mes erreurs, mes réussites me rapportent. Tout ce que je teste ici me sert presque immédiatement dans ma vie professionnelle où je gère un intranet sous spip.
  • des informations venues du monde entier : ce site attire, soit automatiquement via la technique de la syndication de contenu, soit par des réactions humaines aux brèves et aux articles, énormément d’informations intéressant directement mon activité professionnelle.

Un peu de technique...

J’étais en effet attiré depuis longtemps par les puissants outils du domaine des logiciels libres, et par les méthodes dynamiques de gestion des sites web.

J’ai donc trouvé dans l’outil spip une bonne combinaison de ce que je cherchais, tant du point de vue technique avec php pour la programmation, mysql pour un outil sérieux de gestion de bases de données, que du point de vue "philosophique" avec la mise en oeuvre de cette politique de diffusion et de partage d’informations

Pour la mise en forme, n’ayant aucune compétence graphique et étant connu pour mon mauvais goût et mes piètres talents artistiques, j’ai emprunté d’abord à Karim Belkacem sur le site Adoc un squelette que j’ai essayé tant bien que mal d’adapter à mes besoins (autre source de squelettes : http://www.glums.com/serveur/spip/s... )

Puis je suis passé avec bonheur au squelette biospip dont la robustesse et la souplesse d’utilisation sont largement reconnues. J’y suis resté fidèle jusqu’à cet été 2005 où je teste divers squelettes, surtout par curiosité, pour m’arrêter pour tout le reste de l’année 2005 sur le squelette nono qui m’ouvrait de nouvelles perspectives, et m’a permis de réellement découvrir la programmation php. J’ai aussi fait des incursions hors spip, sur dotclear, et d’autres outils de cms.

Courant 2006, j’ai découvert le site d’un jeune professeur de mathématiques, au contenu par ailleurs fort instructif, et dont le squelette, surnommé Blip était tout aussi intéressant. J’adoptais ce squelette dans sa version 0.9x, et j’assistais avec joie, pendant l’été 2006, à la migration vers la version 2.x de ce squelette, accompagnant la migration vers la version 1.9x de spip, avec notamment la notion de plugins. Sans rentrer dans les détails techniques, c’est beaucoup plus simple à installer et à gérer. Une petite communauté de passionnés s’est rapidement constituée autour de cette aventure, et, en quelques semaines, autour du créateur ’cent20’ et du programmeur virtuose ’Mogwai’ la version 2.2 stable est sortie, gérant multilinguisme, album photo, mots-clefs, syndication, et pleins d’autres choses. Etant parfaitement modulable et "intéropérables" avec les autres plugins développés par la communauté spip, il est très facile d’intégrer d’autres modules.

Organisation du site

Le plan du site était organisé en trois parties :

  • l’actu de la doc juridique, où j’essaie de donner des infos sur le métier de documentaliste juridique et ses à-côtés (notamment les éditeurs et les producteurs de données)
  • l’encyclopédie de la doc juridique, rejeton du premier recueil et du premier site perso, qui n’est autre qu’un carnet de notes pour me souvenir des principales opérations à accomplir par un documentaliste qui se respecte
  • outils et techniques, vaste cimetière de notes diverses qui n’ont qu’un rapport lointain avec la documentation juridique, mais qui peuvent toujours servir.

Une quatrième partie "Articles juridiques" est venue tardivement se rajouter pour accueillir des notes sur des problèmes purement juridiques (je fais encore du droit parfois...), ou pour les nombreux invités qui souhaitent s’exercer sur ce site et y poser leurs articles pas forcément liés à la documentation.

Fonctions de recherche

Pour s’y retrouver, spip propose un moteur de recherche simple, mais j’ai profité de cet espace expérimental pour configurer et installer un moteur plus professionnel (mais toujours gratuit) comme atomz (expérience arrêtée), ou celui de google. Il y a aussi une petite liste de diffusion (encore du php) et même un agenda (supprimé).

Début novembre 2004 ont été installées plusieurs fonctionnalités propres à Google qui sont précisées dans cet article : Installer un google personnalisé sur son site. Elles ont finalement complètement remplacé les autres fonctionnalités de recherche.

Accès aux informations : newsletter et fils RSS

Il faut garder à l’esprit que spip propose (pour simplifier) deux types de supports pour les informations : les brèves et les articles. Il y avait d’ailleurs deux fils rss distincts : backend.php3 et backend-breves.php3 . Il n’y en a plus qu’un, puisque l’expérience Blip, en 2006, a fait disparaître la notion de brèves pour ce site. En fait, j’ai basculé toutes les brèves (il y en avait plus de 1400) en "articles" courant février 2006, et j’ai tout reclassé sous la nouvelle rubrique : Actualités et informations rapides sur la documentation juridique

Ce sont ces brefs articles qui font plus ’weblog’, simple carnet de route, où chaque info est simplement glanée et redistribuée d’une autre façon. En revanche, les articles sont conçus pour être plus pérennes et plus consistants.

L’inconvénient etait que les brèves, sous spip, ne sont pas signées (il n’y a pas de champ "auteur"), et que la gestion des trackbacks n’est pas encore facilement implémentables. Donc ce n’est pas formellement un blog. En revanche, je laisse ouvert la possibilité de laisser un commentaire sur la quasi-totalité des éléments présents sur le site, mais avec une modération a priori (vous ne pouvez pas savoir ce qu’il y a comme spammeurs...). Cela permet de rendre le site un peu plus vivant, et je pense que je vais essayer d’améliorer cet aspect pour enrichir encore plus l’outil.

Notes

[1certaines des expériences ont été arrêtées ou mises en sommeil

10 Messages

  • > Pourquoi un tel site ? Le 31 mars 2005 à 04:27

    Je suis entrain de créer un gros site internet pour des conseils économiques et autres. Je suis tombé en navigant sur votre exposé.

    C’est assez extraordinaire, mais je n’ai pas tout compris. Vous êtes dans mes favoris, pour mieux comprendre.

    J’ai failli apporter ma contribution, mais je vous connais pas et le paiement sécurisé, je doute. Pouvez-vous me faire un mail. SVP.

    A bientôt.................

    • > Pourquoi un tel site ? Le 31 mars 2005 à 17:51, par Stéphane Cottin

      Bonjour,

      Merci de vos encouragements.

      Sur le module Paypal, c’est une expérience : j’en vois souvent sur les blogs américains (et allemands par exemple), et il m’est arrivé de participer. J’en ai mis un sur mon site, pour voir. J’ai une entière confiance dans le système Paypal, il est aussi "sécurisé" que peut l’être quelque chose sur Internet ( ;-)), de toute façon, on ne risque pas grand chose, c’est du micro-paiement.

      Pour info, personne ne m’a jamais rien donné. Mais je n’en ai plus vraiment besoin depuis que j’ai mis des google adsenses (les publicités google)

      Quant à vous écrire directement, je veux bien, mais à quelle adresse mail ?

  • > Pourquoi un tel site ? Le 8 juin 2005 à 17:39, par Patrick

    Bravo pour le site,

    A mon avis, il y’a de nombreuses heures de travail derrière tout ça.

    Je trouve juste dommage qu’il ne soit pas un peu plus "lisible".

    Mais bon, la forme ce n’est pas le plus important.

    Bravo,

    • > Pourquoi un tel site ? Le 10 juin 2005 à 00:11, par Stéphane Cottin

      Merci pour ces encouragements

      Il y a effectivement de nombreuses heures de travail, je ne les compte plus. Mais je ne considère pas celà comme du "travail". C’est un outil vivant, une marotte, un animal familier. Je l’entretiens, avec d’autres bonnes volontés, et il croît et se multiplie. J’ai la prétention notamment d’avoir conduit plusieurs personnes à en faire autant de leur côté, et c’est de ça dont je suis le plus fier, même si ce n’est peut-être pas le cas et qu’ils l’auraient fait de toutes façons... laissez moi rêver...

      Quant à la forme, je veux bien avouer ma totale incompétence à réaliser un site bien propre. C’est même ma marque de fabrique, il n’y a qu’à voir mon bureau réel. Je rêve d’un squelette bien fait et facile à implémenter, mais qui conserve toutes les fonctionnalités que j’ai ajoutées au fur et à mesure de la création de ce site. A mon avis, ce n’est pas possible, mais dès que j’ai un peu de temps, je remets tout à plat en CSS et XHTML. Promis.

  • Pourquoi un tel site ? Le 13 septembre 2006 à 09:49, par frednetick

    Je rejoins un des derniers commentaires, peut être la forme pourrait-elle être plus travaillée, je pense notamment à la présence d’un header qui sépare vraiment le titre du site du contenu et la coloration (même légère) du contenant pour plus de lisibilité..

    Pour le fond rien à dire toujours aussi intéressant.

    SPIP c’est tout de même un gros morceau ! : )

  • Pourquoi un tel site ? Le 13 septembre 2006 à 11:07, par willy

    Bonjour Stephane,
    je profite de ce billet bilan brillant pour laisser mon premier commentaire ici. Rien de spécial à signifier ou alors peut-être le principal : merci. Ton travail m’a d’ores et déjà rendu de nombreux services, il m’en rendra d’autres j’en suis sûr. Et puis etonnamment je me retrouve bien dans ton interface, et je suis un grand adepte du fonds blanc. Mais peut-être que dans quelques années je t’attaquerai juridiquement comme responsable de ma perte de vue (ne t’en fais pas, toi et quelques autres !)
    Si je voulais être pénible je dirai que je suis allergique à la publicité mais bon cela ne me gêne pas en général je te lis dans mon aggregateur ;)
    bon vent...

  • Pourquoi un tel site ? Le 13 septembre 2006 à 11:11, par Stephane Cottin

    Je vais tester le changement de couleur de fond (ça va me forcer à apprendre à utiliser les CSS)

    Mais je rappelle que je suis nul en ergonomie de site.

  • Pourquoi un tel site ? Le 13 septembre 2006 à 17:01, par frednetick

    je ne crois pas que l’apprentissage du CSS soit des plus compliqué dès lors que l’on fait preuve d’une certaine méticulosité, ce dont je ne doute pas que vous soyez doté...Pas la peine non plus de mettre du orange fluo sous pretexte que c’était trés à la mode lors de vos années de fac ou que vous avez développé un syndrome de casimir... :)

  • Pourquoi un tel site ? Le 19 juillet 2007 à 10:52, par casse-bottes

    Bonjour,

    J’utilise Safari sous mon Mac et la zone des commentaires est complétement illisible

    "Alors comment fais-tu pour rédiger ce commentaire !?"
    Euh, j’utilise Firefox pour pouvoir vous le dire

    • Pourquoi un tel site ? Le 19 juillet 2007 à 13:48, par Stephane Cottin

      Merci de l’info, je sais que ce squelette n’est pas en l’état 100 % compatible avec tous les systèmes, et notamment sur la partie forum. Je le regrette.

      Mais je souhaite pour l’instant rester sous Blip, car j’attends avec impatience leur nouvelle version "Noisetier"

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0