Accueil > Techniques de la documentation juridique > Théories > Consolidation - Légistique > Nouvelle catégorie de textes publiés au Journal officiel : les délibérations des

Nouvelle catégorie de textes publiés au Journal officiel : les délibérations des Collectivités territoriales de la République

jeudi 20 septembre 2007, par Stephane Cottin

Les lecteurs les plus assidus du JO [1] auront peut être remarqué au J.O n° 217 du 19 septembre 2007 page 15474 une nouvelle rubrique intitulée Collectivités territoriales de la République avec un texte pour le moins atypique dans notre pays si empreint de jacobinisme : une "expérimentation locale".

Celle-ci est très encadrée, j’en veux pour preuve les éléments déclinés ci-après, mais, en attendant, c’est une première, et des informations "de bonne source" m’ont indiqué que ce ne sera pas un cas unique et qu’il y en a plusieurs "dans les tuyaux". Que du bonheur pour les juristes qui vont devoir en tenir compte ! Il est probable que Legifrance propose assez vite, aux articles concernés du code de l’action sociale et des familles et du code du travail, une mention spéciale signalant cette expérimentation.

Donc voici ce premier OTNI : Objet textuel non identifié (bon courage aux ontologues qui n’ont pas encore fini avec la définition des documents juridiques) : la Délibération du 20 juin 2007 du conseil général de l’Eure, texte n° 70 du J.O n° 217 du 19 septembre 2007

http://www.legifrance.gouv.fr/WAspa...

Version PDF Complète

extrait du "Résumé" (sic)

Par décret no 2007-691 en date du 4 mai 2007 , le département de l’Eure a été autorisé à mettre en oeuvre le revenu de solidarité active. L’Eure est donc le tout premier département français à se lancer dans cette expérimentation, ouvrant ainsi la voie à quelques autres départements qui auront déposé leur dossier avant le délai légal du 30 juin prochain.

Ce décret no 2007-691 en date du 4 mai 2007 dispose notamment que :

"Sont autorisés à participer aux expérimentations prévues par l’article 142 de la loi n° 2006-1666 du 21 décembre 2006 de finances pour 2007 :
- le département de l’Eure, pour ce qui concerne l’expérimentation destinée à améliorer les conditions d’incitation financière au retour à l’emploi ;
- le département de la Côte-d’Or, pour ce qui concerne l’expérimentation destinée à simplifier l’accès aux contrats de travail aidés."

Or le dit article 142 de la loi n° 2006-1666 du 21 décembre 2006 de finances pour 2007 dispose de façon très détaillée que :

Article 142

I. - A titre expérimental et pour une durée de trois ans à compter de la date de publication du décret prévu au II du présent article, afin d’améliorer les conditions d’incitation financière au retour à l’emploi des bénéficiaires du revenu minimum d’insertion, l’Etat confie aux départements admis à participer à l’expérimentation la charge de financer la prime de retour à l’emploi instituée par l’article L. 322-12 du code du travail en tant que celle-ci est versée aux bénéficiaires du revenu minimum d’insertion.

II. - A titre expérimental, afin d’améliorer les conditions d’incitation financière au retour à l’emploi et de simplifier l’accès aux contrats de travail aidés, les départements mentionnés par le décret prévu à l’article L.O. 1113-2 du code général des collectivités territoriales sont autorisés, pour une durée de trois ans à compter de la date de publication dudit décret, à adopter, en faveur des bénéficiaires du revenu minimum d’insertion, tout ou partie des dérogations aux dispositions du code du travail et du code de l’action sociale et des familles prévues aux III et IV du présent article, dans les conditions fixées par les mêmes III et IV.

III. - Pour la mise en oeuvre de l’expérimentation destinée à améliorer les conditions d’incitation financière au retour à l’emploi prévue au I, les départements mentionnés au II sont autorisés à déroger :

1° Aux troisième et huitième alinéas de l’article L. 262-11 du code de l’action sociale et des familles, soit en augmentant le montant de la prime forfaitaire, soit en en modifiant la périodicité ou la durée de versement ;

2° Au premier alinéa de l’article L. 262-12-1 du même code, en diminuant le montant de l’allocation de revenu minimum d’insertion versée aux bénéficiaires ayant conclu un contrat d’avenir ou un contrat insertion-revenu minimum d’activité du montant de l’aide versée à l’employeur en application des 3° et 4° du IV du présent article, dans la limite d’un montant égal à l’allocation de revenu minimum d’insertion garanti à une personne isolée en application de l’article L. 262-2 du même code.

Dans le cas où ces départements prennent en charge le financement de la prime de retour à l’emploi en application du I, ils sont autorisés à déroger aux dispositions du sixième alinéa de l’article L. 322-12 du code du travail soit en augmentant le montant de la prime de retour à l’emploi, soit en en modifiant les modalités de versement.

IV. - Pour la mise en oeuvre de l’expérimentation destinée à simplifier l’accès au contrat insertion-revenu minimum d’activité institué à l’article L. 322-4-15 du code du travail et au contrat d’avenir institué à l’article L. 322-4-10 du même code, les départements mentionnés au II du présent article sont autorisés à déroger :

1° Au sixième alinéa de l’article L. 322-4-11 du même code, en tant que celui-ci institue une convention d’objectifs signée par l’Etat et le département ; la convention prévue au IX du présent article inclut les éléments mentionnés à cet alinéa ;

2° Au premier alinéa de l’article L. 322-4-12 du même code, qui définit le contrat d’avenir comme un contrat à durée déterminée afin de permettre aux employeurs privés mentionnés aux 2°, 3° et 4° de l’article L. 322-4-11 du même code de conclure un contrat d’avenir sous la forme soit d’un contrat à durée déterminée, soit d’un contrat à durée indéterminée, soit d’un contrat de travail temporaire ;

3° Aux premier et troisième alinéas du II de l’article L. 322-4-12 du même code, qui instituent des aides à l’employeur ayant conclu un contrat d’avenir et en fixent les modalités. Le département prend en charge la totalité des aides versées à l’employeur pour les contrats d’avenir conclus dans le cadre de l’expérimentation. Il peut créer une aide modulable en fonction du nombre d’heures de travail effectuées, de la catégorie à laquelle appartient l’employeur, des initiatives prises en matière d’accompagnement et de formation professionnelle en faveur du bénéficiaire, des conditions économiques locales et de la gravité des difficultés d’accès à l’emploi ;

4° Au troisième alinéa du I de l’article L. 322-4-15-6 du même code, qui institue une aide à l’employeur ayant conclu un contrat insertion-revenu minimum d’activité et en fixe les modalités. Le département prend en charge la totalité des aides versées à l’employeur pour les contrats insertion-revenu minimum d’activité conclus dans le cadre de l’expérimentation. Il peut créer une aide modulable en fonction du nombre d’heures de travail effectuées, de la catégorie à laquelle appartient l’employeur, des initiatives prises en matière d’accompagnement et de formation professionnelle en faveur du bénéficiaire, des conditions économiques locales et de la gravité des difficultés d’accès à l’emploi ;

5° Aux douzième et treizième alinéas de l’article L. 322-4-11 du même code, en tant qu’ils fixent la durée minimale, le nombre de renouvellements et la durée maximale de la convention individuelle conclue entre le bénéficiaire du contrat d’avenir et la collectivité publique chargée de la mise en oeuvre de ce contrat, ainsi qu’aux premier et deuxième alinéas du I de l’article L. 322-4-12 du même code, en tant qu’ils fixent la durée minimale et le nombre de renouvellements du contrat d’avenir. Les contrats d’avenir conclus dans le cadre de l’expérimentation ont une durée minimale de six mois. Lorsqu’ils revêtent la forme d’un contrat à durée déterminée, ils sont renouvelables dans la limite de vingt-quatre mois. Les conventions individuelles afférentes ont une durée minimale de six mois et sont renouvelables dans la limite de vingt-quatre mois ;

6° Au troisième alinéa de l’article L. 322-4-15-2 du même code, en tant qu’il fixe la durée maximale de la convention conclue entre la collectivité publique débitrice de la prestation et l’employeur du bénéficiaire du contrat insertion-revenu minimum d’activité, et au cinquième alinéa de l’article L. 322-4-15-4 du même code, en tant qu’il fixe la durée maximale du contrat insertion-revenu minimum d’activité lorsque celui-ci est conclu pour une durée déterminée. Lorsqu’ils revêtent la forme d’un contrat à durée déterminée, ils sont renouvelables dans la limite de vingt-quatre mois. Les conventions conclues entre ces départements et les employeurs de bénéficiaires du contrat insertion-revenu minimum d’activité sont renouvelables dans la limite de vingt-quatre mois ;

7° Au cinquième alinéa du I de l’article L. 322-4-12 du même code, en tant que celui-ci fixe à vingt-six heures la durée hebdomadaire de travail des personnes embauchées dans le cadre d’un contrat d’avenir. Le contrat d’avenir conclu dans le cadre de l’expérimentation fixe une durée hebdomadaire du travail comprise entre une durée minimale de vingt heures et la durée légale du travail ;

8° Au deuxième alinéa du IV de l’article L. 322-4-12 du même code, qui prévoit les cas dans lesquels le contrat d’avenir peut être suspendu. Lorsque le contrat d’avenir est conclu pour une durée déterminée, il peut être suspendu, outre les cas déjà énumérés par cet alinéa, afin de permettre au bénéficiaire d’effectuer des stages en entreprise ou des missions de travail temporaire lorsque celles-ci ont une durée minimale de deux semaines.

V. - Les contrats conclus dans le cadre de l’expérimentation prévoient obligatoirement des actions de formation et d’accompagnement au profit de leurs titulaires. Adaptées en fonction de la durée du contrat, elles peuvent être menées pendant le temps de travail et en dehors de celui-ci.

Par exception au troisième alinéa de l’article L. 322-4-10 du code du travail, le département assure seul la mise en oeuvre des contrats d’avenir conclus dans le cadre de l’expérimentation et signe seul les conventions de délégation mentionnées au quatrième alinéa de l’article L. 322-4-10 du même code ou les conventions individuelles conclues avec l’employeur et le bénéficiaire.

VI. - La prime de retour à l’emploi, la prime forfaitaire et l’aide modulable prévues au I et au 1° du III et versées par les départements sont exonérées d’impôt sur le revenu et exclues de l’assiette de la contribution sociale généralisée et de la contribution pour le remboursement de la dette sociale.

VII. - Les administrations publiques, les organismes de sécurité sociale et les personnes morales de droit public et de droit privé mentionnées à l’article L. 116-1 du code de l’action sociale et des familles fournissent aux départements mentionnés au II du présent article, à leur demande, les données agrégées strictement nécessaires à la définition et à la mise en oeuvre de l’expérimentation.

VIII. - Les départements volontaires pour mettre en oeuvre tout ou partie des expérimentations mentionnées aux I à IV du présent article se portent candidats auprès du représentant de l’Etat dans le département avant le 31 mars 2007, par une délibération motivée de leur assemblée délibérante. Ils lui adressent avant le 30 juin 2007 un dossier décrivant les expérimentations envisagées, les objectifs poursuivis, les résultats attendus, les dispositions législatives et réglementaires auxquelles ils entendent déroger ainsi qu’un protocole d’évaluation.

Les expérimentations peuvent également porter sur une partie du territoire du département, qui connaît des difficultés de retour à l’emploi des bénéficiaires du revenu minimum d’insertion d’une importance ou d’une nature particulière.

IX. - Dans les départements mentionnés au II, une convention de mise en oeuvre de l’expérimentation est signée entre le représentant de l’Etat dans le département et le président du conseil général. Elle précise notamment les modalités de versement de l’accompagnement financier versé par l’Etat au département pendant la durée de l’expérimentation.

Les modalités de calcul de l’accompagnement financier de l’Etat au titre de la prime de retour à l’emploi et des aides versées à l’employeur pour les contrats d’avenir et les contrats insertion-revenu minimum d’activité sont fixées comme suit :

1° L’Etat verse au département 1 000 EUR pour chaque prime de retour à l’emploi attribuée par celui-ci lorsque les conditions prévues à l’article L. 322-12 du code du travail sont remplies ;

2° L’Etat verse pour chaque contrat d’avenir conclu dans le cadre de l’expérimentation une aide mensuelle correspondant à la moyenne mensuelle nationale, calculée sur une durée de deux ans, de l’aide mentionnée au troisième alinéa du II de l’article L. 322-4-12 du même code ;

3° L’Etat verse au département pour chaque contrat insertion-revenu minimum d’activité conclu dans le cadre de l’expérimentation une aide mensuelle correspondant à la part de l’aide à la charge de l’Etat prévue au troisième alinéa du I de l’article L. 322-4-15-6 du même code.

X. - Les départements participant à l’expérimentation adressent chaque année un rapport sur sa mise en oeuvre au représentant de l’Etat dans le département. Ce rapport contient les informations nécessaires à l’évaluation de celle-ci, notamment :

- les données comptables concernant les crédits consacrés aux prestations ;

- les données agrégées portant sur les caractéristiques des bénéficiaires et sur les prestations fournies ;

- les informations sur la gestion de ces prestations dans le département et sur l’activité des organismes qui y concourent ;

- les éléments relatifs à l’impact de ces mesures sur le retour à l’emploi.

Un comité d’évaluation comprenant des représentants des départements, de l’Etat, de la Caisse nationale d’allocations familiales et de la Mutualité sociale agricole et des personnalités qualifiées dont la compétence est reconnue en matière d’évaluation des politiques publiques appuie les départements volontaires dans la conduite des études d’évaluation correspondantes. Sa composition est fixée par arrêté conjoint des ministres chargés des affaires sociales et des collectivités territoriales.

Avant l’expiration de la durée fixée pour l’expérimentation aux I et II du présent article, les départements participant à l’expérimentation adressent au représentant de l’Etat dans le département un rapport portant notamment sur les éléments énumérés à l’article L.O. 1113-5 du code général des collectivités territoriales, assorti de leurs observations.

Avant l’expiration de cette même durée, le Gouvernement transmet au Parlement un rapport d’évaluation portant sur l’ensemble des expérimentations mises en oeuvre au titre du présent article. Un avis du comité mentionné au présent X portant sur chacune des expérimentations est annexé à ce rapport

Notes

[1et je n’en suis pas un, car il a fallu que l’on m’aide, merci P.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0